Voir les photos (9)

Monument aux morts

Site et monument historiques, Mémorial, XXe siècle à Marignane
  • Oeuvre des sculpteurs Alexandre Magherini et Jacques Martin, lauréats de l’école des Beaux-Arts de Marseille en 1903.

  • Cette œuvre dédiée aux Marignanais morts pour la Patrie et la République, a vu le jour sur le cours Mirabeau, le 5 septembre 1920, face à l'entrée de la mairie, après quelques vicissitudes.

    En effet, lors d'une séance du conseil municipal du 2 mars 1919, le maire Felix Roux et son conseil, vexés par l'initiative d'un comité patriotique indépendant visant à faire ériger un monument aux morts sans l'approbation des élus, ont décidé de voter une subvention de 1500 francs pour financer les...
    Cette œuvre dédiée aux Marignanais morts pour la Patrie et la République, a vu le jour sur le cours Mirabeau, le 5 septembre 1920, face à l'entrée de la mairie, après quelques vicissitudes.

    En effet, lors d'une séance du conseil municipal du 2 mars 1919, le maire Felix Roux et son conseil, vexés par l'initiative d'un comité patriotique indépendant visant à faire ériger un monument aux morts sans l'approbation des élus, ont décidé de voter une subvention de 1500 francs pour financer les travaux de réalisation et reprendre ainsi le contrôle des opérations.
    Finalement, dans un esprit de réconciliation, le maire, son conseil et le fameux comité ont uni leurs forces et le monument est devenu réalité après deux ans d'efforts.

    Il a été confié aux sculpteurs Alexandre Magherini et Jacques Martin, lauréats de l’école des Beaux-Arts de Marseille en 1903. Les deux élèves d’Emile Aldebert s’étaient en effet associés après la guerre de 1914-1918 pour la réalisation de nombreux monuments aux morts, comme ceux de Saint-Barnabé, La Valentine ou Les Olives à Marseille.

    L'inauguration s’est faite à Marignane en présence d'une jeune orpheline de guerre de quatorze ans, Juliette Desbant, dont le père Emmanuel Desbant avait été tué à Sénones, sur le front des Vosges le 7 novembre 1916. L'adolescente a déposé un message commémoratif scellé au cœur du monument.
    On a fait graver les noms des soixante-six victimes tombées au champ d'honneur entre 1914 et 1918.

    En 1950, l'œuvre a été déplacée sur l'esplanade, face à l'actuelle mairie, puis transférée en 2014 sur la place du 11 Novembre.

    L'ensemble de quatre mètres cinquante de hauteur est conçu à la manière d'un « obélisque à la victoire » comportant, sur la face arrière le drapeau national, sur la partie supérieure au premier plan le médaillon du Poilu casqué, encadré par quatre faisceaux de licteurs, emblèmes de l’unité de la Nation. Sous le médaillon et sur les quatre pans figurent les noms des tués de la guerre de 1914-1918 (puis des guerres successives) que vient honorer et commémorer une allégorie de la Ville de Marignane couronnée de créneaux et s’appuyant sur un écu timbré du blason communal.

    Source : Jacques Marc Bonatti, archiviste municipal - 2020