Voir les photos (2)

Portail neuf

Site et monument historiques, Patrimoine historique, Porte à Marignane
  • L’arche du Portail neuf a été érigée en 1607 (passage sur l’actuelle place de la République).

  • Place de la République, l’arche du Portail neuf surplombe une des plus récentes portes du bourg ancien.

    Erigé en 1607, il est venu compléter un dispositif d’ouvertures du rempart comptant jusqu’à cette date le Portail de ville au sud (assise de la maison commune), la porte fausse à l’est (disparue), la poterne de la rue de la Cité (détruite en 1920 mais dont on perçoit des restes), enfin la brèche dite des vendanges à l’ouest (obturée par la chapelle des pénitents en 1609-1610).

    Le...
    Place de la République, l’arche du Portail neuf surplombe une des plus récentes portes du bourg ancien.

    Erigé en 1607, il est venu compléter un dispositif d’ouvertures du rempart comptant jusqu’à cette date le Portail de ville au sud (assise de la maison commune), la porte fausse à l’est (disparue), la poterne de la rue de la Cité (détruite en 1920 mais dont on perçoit des restes), enfin la brèche dite des vendanges à l’ouest (obturée par la chapelle des pénitents en 1609-1610).

    Le Portail neuf a été offert à la communauté par Jean-Baptiste Ier de Covet, contre la cession de l’ancienne porte fausse pour agrandir son château, ainsi qu’un important prêt d’argent. Il a de plus, par cette construction, dédommagé les habitants du quartier incommodés par la stagnation des eaux provoquée par le comblement du fossé nord et l’acquisition des jardins qui le bordaient pour reculer la limite de la propriété seigneuriale.

    Le Portail neuf a été bâti à l’emplacement d’une maison de particuliers, les Barron, alors en indivision.

    Il a permis l’ouverture du bourg sur une petite esplanade (aujourd’hui place de la République), alors qualifiée de « Pradin » ou « Pradeau de la seigneurie ». Jean-Baptiste de Covet en a confié le terrassement et la construction au maçon Jean Davin, originaire de Signes et installé à Trets où le baron possédait son premier château.

    L’artisan avait déjà, de 1603 à 1605, intégralement restauré celui de Marignane acquis en piteux état. Il a conservé les restes d’arc de la maison originelle, toujours visibles à gauche du portail, et lancé une arche de pierre de taille peut-être garnie de créneaux à l’origine, en tout cas stipulés dans le contrat. La pose de gonds indique que de lourds battants de bois fermaient cette porte notamment la nuit.

    Ce portail marque le début des aménagements modernes du bourg, désormais loin d’un lieu de retranchement, qui se traverse de part en part.

    Source Patrick Varrot, historien d’art - Février 2021
    Parking public(Parking du Parc Camoin à 50 mètres, grtauit)
  • Langues parlées
    • Français
Prestations
  • Equipements
    • Parking à proximité